Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Normes 101 de l’acier et du métal : guide essentiel du responsable HSE

Pourquoi les normes de sécurité sont-elles importantes?

« Quand rien ne fonctionne comme il faut, c’est bien souvent parce qu’il n’y a pas de normes », comme l’explique si bien l’ISO (Organisation internationale de normalisation) sur son site. Les normes sont des standards à l’échelle nationale (NF), européenne ( EN), ou internationale ( ISO) qui ont été approuvés par des experts de chaque secteur. Dans le cas de l’industrie sidérurgique et métallurgique, les normes servent à protéger les employés contre les dangers au travail et à assurer la sécurité des opérations.

Pourquoi les normes sont-elles si importantes ? Imaginez, par exemple, que vous soyez responsable HSE au sein d’une multinationale dont le siège se trouve dans l’UE. Lorsque vous travaillez avec une chaîne de valeur internationale, le fait de spécifier et de respecter une norme internationale vous donne la garantie que le respect de la sécurité est le même partout dans le monde. Cependant, les normes ne sont pas seulement importantes pour l’équipe de direction: elles permettent également aux employés de retrouver leur famille en toute sécurité à la fin d’une nouvelle journée de travail sans accident.

Décomposition des normes relatives aux vêtements de protection dans l’industrie sidérurgique et métallurgique

L’industrie sidérurgique et métallurgique se divise grosso modo en deux grandes catégories, chacune présentant son propre ensemble de risques – et ses propres normes. Ces catégories sont:

  • la production d’acier et de métal
  • la transformation d’acier et de métal

Comme vous pouvez l’imaginer, le travail dans une fonderie d’acier présente des risques différents de ceux du travail dans la construction navale ou la mécanique. Dans la production d’acier (c’est-à-dire Tata Steel, US Steel), les opérateurs sont soumis à des températures élevées, au risque de projections de métal en fusion et à la formation de gaz inflammables, alors que dans la transformation de l’acier (c’est-à-dire Damen Shipyards, Stork), les risques concernent plutôt la quantité élevée de soudage effectué pour fusionner les plaques d’acier entre elles.

steel_metal_industry_protective_clothing Protective_workwear_welding1

#1: EN ISO 11612

Dans l’industrie de la production d’acier et de métal, cette norme spécifie les exigences minimales de sécurité pour les vêtements de protection contre l’exposition à la chaleur et aux flammes. Avec cette norme, le porteur est protégé contre un bref contact avec une flamme et contre la chaleur convective et radiante.

La norme EN ISO 11612 se compose de plusieurs tests qui simulent différents risques au feu. Pour qu’un tissu de protection soit certifié selon la norme EN ISO 11612, il doit réussir au moins deux tests: le test A et au moins un des tests B, C, D ou E. Le tissu est évalué selon un indice de performance:

  • Indice A: propagation de la flamme
  • Indice B: chaleur de convection
  • Indice C: chaleur radiante
  • Indice D/E: projection de métaux en fusion
  • Indice F: chaleur de contact

Les résultats des tests sont classés par « niveaux de performance ». Le niveau de performance 1 indique, par exemple, que le tissu évalué offre la protection minimale requise pour réussir le test. Si vous êtes responsable des vêtements de protection de votre entreprise, nous vous conseillons de vérifier non seulement si un tissu est conforme à la norme EN 11612, mais aussi le niveau de performance qu’il a obtenu.

Il est essentiel de connaître les différences entre les niveaux, car ceux-ci reflètent le degré de résistance au risque. Les trois niveaux de performance du test E, par exemple, correspondent à la résistance du tissu selon le poids du métal en fusion : E1 résiste entre 60 et 120 g de projections de métal en fusion et E3 à 200 g et plus. En fonction des niveaux de risque de votre environnement de travail, vous devez choisir le niveau de performance adéquat. Si vous rencontrez des difficultés pour comprendre à quelle protection réelle correspondent les résultats de laboratoire, lisez ces informations pratiques sur la norme EN ISO 11612 pour l’industrie sidérurgique et métallurgique.

#2: EN ISO 11611

Dans l’industrie de transformation de l’acier et du métal, cette norme spécifie les exigences minimales de sécurité concernant les vêtements de protection pour le soudage et les procédés connexes. Les vêtements de protection conformes à la norme EN ISO 11611 protègent le porteur toute la journée contre les étincelles de métal fondu et le contact accidentel avec une flamme. Pour les opérations de soudage spéciales, vous devez vous assurer que vous répondez à la protection de classe 2, comme nous l’expliquons ci-dessous.

La norme EN ISO 11611 se compose de quatre tests qui simulent différents risques au feu:

  • la chaleur radiante (ISO 6942)
  • le métal en fusion (ISO 9150)
  • la propagation de la flamme (ISO 15025)
  • la résistance électrique (EN 1149-2)

Il est également important de noter que la norme EN ISO 11611 est divisée en deux classes. Si tous les tests ci-dessus sont réussis, vous atteignez la classe 1. Si pour le test ISO 6942 et ISO 9150 les deux exigences de classe 2 sont obtenues, la classe 2 peut être revendiquée.

Quelle classe s’applique à mon cas ?

Il est essentiel de connaître les différences entre la classe 1 et la classe 2, afin de découvrir la classe requise pour votre vêtement de protection. Le soudage au gaz est un procédé de classe 1, tandis que le soudage à l’arc (avec électrode basique ou cellulosique), le soudage MAG (avec du CO2 ou un mélange de gaz) et le soudage MIG (avec courant fort) sont des procédés de classe 2.

#3: IEC 61482-1-2

Cette norme est le standard européen qui protège les opérateurs contre l’arc électrique en cas de défaut électrique lors de travaux électrotechniques sur ou à proximité de pièces sous tension (par exemple, la réparation du boîtier de commutation d’une machine de traitement qui consomme beaucoup d’électricité, comme un creuset). Un arc électrique est une explosion sous forme de boule de feu qui peut provoquer des accidents mortels si l’on ne porte pas les bons vêtements de protection.

#4: EN ISO 20471

Cette norme est le standard international pour les vêtements à haute visibilité. Lorsque vous vous déplacez beaucoup dans le cadre de votre travail, vous êtes plus exposé aux dangers. La visibilité de nuit ou dans des conditions de travail plus sombres est donc essentielle pour la sécurité. Nous avons remarqué que les opérateurs de l’acier et du métal utilisent de plus en plus d’« éléments » à haute visibilité (pas de conformité totale à la norme EN20471 – niveau 1) pour offrir une meilleure visibilité.

#5: EN 1149

Cette norme est le standard européen spécifiant les propriétés électrostatiques des vêtements de protection. Un matériau antistatique empêchera les étincelles causées par le frottement, en protégeant les employés contre les explosions potentielles de gaz ou de substances inflammables. Certaines entreprises – ou postes de travail comme les activités de pulvérisation – de l’industrie métallurgique et sidérurgique utilisent des composés organiques (volatils) et des substances pouvant entraîner de tels risques.

#6: EN 13034

Cette norme est le standard européen qui examine les vêtements de protection en fonction de leurs performances aux petites projections de produits chimiques. Bien que cette norme ne soit pas très utilisée dans l’industrie métallurgique, certains postes de travail ou certaines entreprises de niche traitent des produits chimiques dangereux qui sont stockés et traités. Par exemple, les entreprises de galvanisation qui traitent les surfaces peuvent utiliser des produits chimiques à base d’acides puissants.

Quelles normes s’appliquent à mon cas?

Comment identifier les normes qui s’appliquent spécifiquement à votre environnement de travail ? Trois mots : analyse de risques ! Une analyse de risques vous permet de dresser un inventaire détaillé des risques actuels dans votre environnement de travail unique. Supposons que vous ayez identifié vos risques spécifiques grâce à une analyse de risques. Vous pouvez désormais associer ces risques aux normes de sécurité correspondantes.

Il va sans dire que la sécurité va au-delà de la simple conformité. Les vêtements de protection doivent répondre à des exigences de base, mais celles-ci peuvent varier en fonction de l’environnement de travail unique de votre entreprise. De nombreux responsables HSE ne se rendent pas compte que les spécifications des normes représentent le minimum de sécurité requis. Cela signifie que certains tissus de protection de faible qualité peuvent passer les tests de la norme, mais ne protègent pas suffisamment vos opérateurs des dangers réels auxquels ils sont confrontés sur leur lieu de travail. La réalisation de tests en laboratoire et sur le terrain peut vous aider à comprendre la différence de qualité entre les différentes options de tissus, même lorsque toutes les options sont conformes aux normes sur papier.

Ne prenez pas les normes au pied de la lettre

Avec tant d’éléments à prendre en compte, un responsable HSE peut vite se concentrer sur les mauvaises normes. Si certains risques sont clairement couverts par les normes que nous avons mentionnées dans ce blog, certaines zones restent floues. La résistance au meulage, par exemple, n’est pas spécifiée dans la norme de soudage EN ISO 11611. Un autre exemple est l’absence de tests normalisés spécifiques pour les différents métaux. Alors que l’aluminium est repris dans la norme, des métaux comme le zinc et le cuivre n’en font pas partie.

C’est pourquoi il faut rester vigilant, aller au-delà de la simple conformité et tester vous-même vos options. Prenez une meuleuse et testez-la sur votre tissu lors d’un essai sur le terrain, par exemple. Ou bien testez le zinc sur votre tissu. En fin de compte, votre responsabilité est de faire preuve de réalisme quant à la portée des normes, puis de prendre des mesures supplémentaires pour protéger vos employés au-delà des normes.

Procédez avec précision pour obtenir la meilleure protection

En identifiant les exigences de sécurité spécifiques à votre entreprise, n’oubliez pas d’autres critères importants tels que le confort du porteur, la douceur du tissu, la durabilité, le respect de l’environnement et l’image de l’entreprise. Les normes et les critères de sélection primaires ne couvrent pas ces éléments « secondaires » ! Vos vêtements de protection respectent toutes les normes en matière de conformité ? Très bien, mais que faire si personne ne veut les porter en toute sécurité parce que les tissus démangent, sont trop chauds ou qu’ils ne sont pas bien ajustés ? Des vêtements de protection confortables sont la clé de la sécurité des opérateurs sidérurgiques et métallurgiques.

Enfin, lorsque vous choisissez des vêtements de protection pour le travail de l’acier et du métal, nous vous conseillons de commencer par dresser un portrait clair de vos risques – et pas nécessairement une simple énumération des normes dont vous pensez avoir besoin. Une solution conforme à plusieurs normes n’est pas toujours la meilleure ; la solution la plus globale n’est pas toujours la meilleure. Ne vous contentez pas de lancer un appel d’offres sur la base d’anciennes spécifications non actualisées, et simplement copiées et collées de votre dernier appel d’offres. Effectuez plutôt une analyse détaillée des risques et présentez vos besoins spécifiques à votre fournisseur, afin qu’il vous aide à trouver la meilleure solution.

Envie d’aller au-delà de la simple conformité pour instaurer une solide culture sécurité dans votre entreprise ? Pour en savoir plus, consultez notre rapport sur les 6 tendances de l’industrie ci-dessous.

TOPICS: Vêtement de protection , Normes , Métallurgie