Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

EN ISO 11611 : tout savoir sur la norme de sécurité pour le soudage

Dans l’industrie de transformation de l’acier et du métal, la norme EN ISO 11611 spécifie les exigences minimales de sécurité concernant les vêtements de protection pour le soudage et les procédés connexes. Les vêtements de protection conformes à cette norme protègent le porteur contre les étincelles de métal fondu et le contact accidentel avec une flamme. Les opérations de soudage spéciales nécessitent une mesure de protection supplémentaire – nous en parlerons plus tard.

Quels sont les risques couverts par l’ISO 11611 ?

La norme EN ISO 11611 se compose de plusieurs tests, chacun d’entre eux simulant un risque ou une catégorie de soudage différents. Il est également important de noter que la norme EN ISO 11611 est divisée en deux classes. Si le tissu de protection réussit tous les tests avec succès, il est certifié EN ISO 11611 Classe 1. Si le tissu passe aussi la classe 2 pour les tests de chaleur radiante, de résistance au déchirement et au métal fondu, il est certifié EN ISO 11611 Classe 2.

Vous trouverez ci-dessous les exigences spécifiques à chaque test:

1. Transfert de chaleur, ou chaleur radiante (ISO 6942)
Classe 1: Hausse de température de 24 °C après 7 secondes
Classe 2: Hausse de température de 24 °C après 16 secondes

2. Impact des projections de métaux en fusion (ISO 9150)
Classe 1: Hausse de température de 40 °C après 15 gouttelettes
Classe 2: Hausse de température de 40 °C après 25 gouttelettes

3. Propagation de la flamme (ISO 15025)
• Lettre de code A1 – 10 s d’embrasement superficiel (requis)
• Lettre de code A2 – 10 s d’embrasement sur le bord (facultatif)

4. Résistance électrique (EN 1149-2)
• Devrait être supérieure à 105 Ω

5. Résistance à la déchirure (ISO 13937-2)
Classe 1: minimum 15N
Classe 2 : minimum 20N


La norme EN ISO 11611 : la théorie vs la pratique

Bien qu’il s’agisse de normes de sécurité fiables établies par des experts, des normes comme la norme EN ISO 11611 ne vous disent pas toujours tout sur la meilleure façon de protéger vos employés.

En tant que professionnel HSE, vous voulez que vos employés soient bien protégés dans toutes les situations possibles, n’est-ce pas ? Même si vous avez réussi les tests EN ISO 11611, vous devrez tenir compte de plusieurs facteurs supplémentaires : la classe spécifique de certification dont vous avez besoin, le type de vêtements dont vous avez besoin, l’exposition à la résistance au meulage sur votre poste de travail et le contact avec les lubrifiants.

1. Classe 1 ou classe 2 ?
Quelle classe de protection vos activités de soudage requièrent-elles ? Le soudage aux gaz, par exemple, est un procédé de classe 1, tandis que le soudage à l’arc, le soudage MAG (avec électrodes basiques ou cellulosiques) et le soudage MIG (avec courant fort) sont des procédés de classe 2. Votre environnement de travail peut également avoir une incidence sur la classe dont vous avez besoin, soit la classe 1 ou 2. Par exemple, la manipulation des machines de découpe (oxycoupage et plasma) ou le soudage sur banc relève de la classe 1, tandis que le travail dans des espaces confinés ou le soudage/découpage en hauteur dans des positions contraignantes relève de la classe 2.

2. Sur-vêtements et sous-vêtements
Les vêtements que vos travailleurs portent au-dessus ou en dessous de leurs vêtements de protection ignifuges peuvent affecter leur niveau de protection. Connaissez-vous les situations dangereuses qui peuvent se produire lorsqu’un de vos travailleurs porte les mauvaises couches sous son vêtement non feu ? Par exemple, si une projection de métal fondu brûle à travers la combinaison (ou la veste) ou pénètre par la manche, un sous-vêtement en 100 % polyester ou nylon peut fondre/couler sur la peau. Cette situation doit être évitée à tout prix !

3. Résistance au meulage ou étincelles de soudage
La norme protège contre les risques liés aux « procédés de soudage et techniques connexes », mais il s’agit d’un terme assez large qui peut manquer de nuances spécifiques à vos postes de travail. La résistance au meulage, par exemple, est un danger différent des projections de métaux en fusion. Bien que la norme EN ISO 11611 établisse les exigences nécessaires contre les risques de meulage, elle ne spécifie pas concrètement la résistance au meulage. Êtes-vous sûr de fournir à vos employés le meilleur tissu de protection contre les risques de meulage ? Un test en situation réelle sur votre poste de travail est un excellent moyen de vérifier les performances du tissu.

4. Contact avec les lubrifiants
Tous les jours, vos employés peuvent entrer en contact avec des lubrifiants. Mais connaissez-vous les effets de l’accumulation de lubrifiants sur leurs vêtements de protection ? Elle peut avoir un effet négatif sur les propriétés non feu des vêtements, il est donc judicieux de les laver régulièrement.

Une norme, plusieurs variables à prendre en compte

Une fois que vous serez conforme à la norme de sécurité EN ISO 11611, vous aurez l’esprit tranquille en sachant que les vêtements de protection de vos employés satisfont aux exigences de base contre les risques de chaleur et de flamme pour le soudage et les procédés connexes. Mais au-delà des principes de base, il est également important de garder un œil sur les variables supplémentaires qui influent sur le degré de protection réel de vos employés dans leur environnement de travail spécifique.

TOPICS: Vêtement de protection , Normes