Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  
Pompiers - 5 min read

Le cancer : nouvel ennemi des pompiers

Les risques de cancer en quelques chiffres

Avant d’entrer dans le vif du sujet, examinons les statistiques actuelles de cancer chez les pompiers. Selon une étude américaine de 2013 menée par l’Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH), les pompiers ont un risque de 9 % plus élevé de contracter un cancer. Le taux de risque de mortalité d’un cancer est de 14 % plus élevé pour les pompiers que pour le grand public.

Certains services enregistrent des taux encore plus élevés parmi leurs membres:

  • Le cancer a causé 67 % de décès sur le terrain dans le service des pompiers de Boston entre 2002 et 2014.
  • Entre 2008 et 2010, 32 % des sapeurs-pompiers de Miami-Dade se sont vus diagnostiquer une forme de cancer ou ont suivi un traitement contre cette maladie ; parmi les membres décédés depuis 1952, 35 % sont morts d’un cancer et 10 % d’un arrêt cardiaque.
  • Selon les données de l’Association internationale des pompiers depuis 2002, 61 % des pompiers décédés en plein service ont péri des suites d’un cancer professionnel. Rien qu’en 2016, 70 % des décès ont été causés par le cancer.

Il est clair que le cancer est devenu un problème majeur dans les services de pompiers.

Même à l’appui des preuves ci-dessus, de nombreuses autorités européennes ne reconnaissent pas le lien avec le cancer et le métier de pompier — alors qu’elles le constatent par exemple pour les coiffeurs, qui manipulent et inhalent souvent des laques et d’autres types de produits chimiques.

Les dangers cachés derrière ce métier de héros

Je m’émeus de voir que les pompiers écoutent ce qui n’était au départ qu’une rumeur et font ce qu’ils peuvent au sein de leur réseau pour envoyer un message unanime : ce métier est dangereux. Il y a beaucoup plus de dangers cachés que les risques et dangers évidents auxquels ils sont confrontés chaque fois qu’ils quittent la caserne pour une intervention.

DSCF9790-1

Les pompiers sont exposés à des conditions difficiles, physiquement et mentalement. Il est crucial qu’ils prennent soin de leur forme physique et de leur santé, car leur vie en dépend. Il est également essentiel qu’ils gardent le moral et la motivation, car ces variables sont tout aussi importantes lorsqu’ils sont confrontés à des obstacles dans leur carrière et leur vie privée. J’ai été heureux de constater que la conférence a également abordé l’aspect mental du métier de pompier, car les statistiques montrent que la dépression et le stress psychologique ont un impact important sur leur carrière et leur vie.

Prévenir les contaminations des epi anti-feu et des uniformes est plus qu’une nécessité

J’ai été particulièrement choqué lorsque j’ai appris que la plupart des expositions des pompiers aux COV (composés organiques volatils) dangereux se produit dans leur propre véhicule ou dans la caserne où ceux-ci sont entreposés, et ne sont pas directement liés à l’exposition aux incendies. Nous savons tous que les émissions d’échappement des moteurs sont dangereuses et polluantes, mais nous devons maintenant tenir compte d’un autre aspect négatif : le danger qu’ils représentent pour les membres des services de pompiers.

L’exposition à la suie, à la fumée, à la saleté et aux particules a été au cœur de la santé et de la sécurité au travail dès 1775, lorsque Percival Poot, un chirurgien britannique, a établi un lien direct entre les statistiques des ramoneurs et le cancer chez les jeunes hommes. En conséquence, certaines mesures ont été mises en place pour diminuer ce risque et ont introduit des protocoles et des procédures concernant les vêtements. C’était le début des EPI. Ses constatations et conclusions ont grandement contribué à l’évolution de la médecine et aux mesures préventives dont nous bénéficions aujourd’hui.

Les EPI sont essentiels pour assurer la sécurité des pompiers face au feu et à la chaleur. Mais l’entretien de ces vêtements est tout aussi crucial pour éviter que les pompiers ne soient contaminés lorsqu’ils portent leur uniforme. Nous avons déjà abordé ce sujet dans un récent blog et je vous invite à le lire pour découvrir ce que nous y avons partagé.

Quelques règles de base à suivre:

  • N’utilisez votre tenue anti-feu multicouche que lorsque vous quittez la caserne pour une intervention. Enlevez-la dès que vous rentrez et mettez-la dans le conteneur que votre brigade a prévu à cet effet. Ne vous déplacez pas dans la caserne en portant votre EPI, même par-dessus un pantalon, car le tissu pourrait répandre les particules.
  • Ne lavez pas votre tenue d’intervention à la maison. Confiez le lavage à des professionnels et assurez-vous que les EPI sont lavés uniquement dans une machine dédiée à ce seul et unique usage.
  • Ne lavez pas votre uniforme de caserne ou vos vêtements de sport dans la machine utilisée pour le lavage des EPI, car ils seront alors contaminés.
  • Ne prenez pas seulement soin de vos EPI anti-feu multicouche : vos casques, bottes, gants et ARI doivent également être soigneusement lavés et entretenus pour éliminer la saleté, comme vous le feriez pour vos vêtements.

Les solutions sans pfas ne sont pas (encore) les meilleures

Personne n’a la bonne solution, mais nous constatons souvent une opposition lorsqu’il s’agit de la finition sans PFAS. Elle est privilégiée sur les textiles, les mousses extinctrices, etc., mais il est impossible de les fournir lorsqu’on évalue les risques encourus par les pompiers et la norme exigeant une protection contre les produits chimiques. Certaines parties prétendent avoir de nouvelles solutions sans PFAS qui offrent également une protection contre les produits chimiques, mais la vérité est qu’elles ne sont pas largement accessibles. Pour l’instant, soit elles sont en cours de développement, soit elles ne sont pas assez performantes.

Technologies de lavage évoluées pour la décontamination des tenues

De nos jours, certains spécialistes fournissent des technologies de lavage innovantes pour décontaminer les EPI des pompiers. Ces technologies ont beaucoup évolué en peu de temps, et les spécialistes ont également réussi à améliorer leur prix et leur offre pour étendre leurs services dans différentes régions. Il faut se réjouir du fait qu’ils sensibilisent les services de pompiers et leur apprennent la différence entre le lavage et la décontamination.

DSCF0077-1

Je suis heureux de voir que les sapeurs-pompiers commencent à comprendre la pertinence de cet investissement et à former correctement leurs employés aux meilleures pratiques pour limiter ce risque et garantir leur sécurité.

Un soutien accru aux pompiers et à leurs proches

Je suis ravi de découvrir que certains pays soutiennent les pompiers en créant un fonds d’indemnisation pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches. Bien que ce ne soit qu’un début, il existe des services qui fournissent ce soutien au Canada, en Australie, aux États-Unis (Californie) et la Nouvelle-Zélande les rejoindra bientôt. Ce n’est qu’une infime partie qui couvre le monde entier, mais j’espère que de nombreux autres services et autorités suivront bientôt l’exemple.

Les statistiques sont écrasantes et ne doivent pas être négligées, car comme l’indiquent les chiffres : le cancer peut être causé par ce que nous mangeons, buvons, respirons ou fumons ainsi que par notre environnement. Les nombreux agents cancérigènes trouvés sur les lieux d’incendie et dans l’environnement de travail des casernes sont incontestables.

Sensibiliser ensemble

Tant que les pompiers continueront à lutter contre les incendies, ils seront confrontés à des risques et des dangers. Heureusement, des efforts ont été réalisés par des institutions et organisations telles que le CFBT.PL, la Fire Brigade Union, le Centre international de recherche sur le cancer, l’IAFT et par l’ensemble de l’industrie (fabricants de tissus, confectionneurs, fabricants de machines à laver, de détergents et de produits de lavage, blanchisseries et syndicats de pompiers) pour sensibiliser à cette question. Cette prise de conscience collective a entraîné une meilleure connaissance et une réduction accrue des risques.

Les efforts conjoints de tous ces différents acteurs permettront, espérons-le, d’améliorer leurs conditions et de réduire les statistiques concernant le cancer. Peut-être la solution à ce problème est-elle d’éteindre les incendies avec des robots ou des drones ? C’est une tout autre histoire, que nous aborderons une autre fois...

 

(Video: recording of the Multidisciplinary International Conference on Cancer in the Fire Services)

TOPICS: Pompiers , Premiers secours