Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  
Pompiers - 3 min read

Quels sont les effets nocifs des cendres et de la fumée sur la santé des pompiers ?

1. Effectuer une analyse des risques

Les pompiers étant exposés à des risques importants, il est évident que leur équipement d'intervention doit offrir une protection élevée contre le feu et la chaleur. Cependant, si l’on ajoute des propriétés protectrices aux vêtements, ceux-ci pourraient être plus lourds et plus épais. Conséquence : les vêtements de protection perdraient des points en matière de confort et de respirabilité. Si leur vêtement de protection est inconfortable, les pompiers risqueraient de ne pas le porter correctement, tandis qu’une respirabilité limitée peut entraîner des coups de chaleur et des malaises, la première cause de décès chez les pompiers. 

Il faut trouver un juste équilibre entre confort, prix et protection. Des analyses de risques aident à évaluer les dangers auxquels les pompiers sont les plus susceptibles d'être confrontés pendant leur service, afin de choisir des vêtements de protection dotés des caractéristiques adéquates. Lors de votre analyse de risques, vous devrez prendre en compte un facteur important : la contamination par les particules. Dans la plupart des cas, la contamination par les particules se produit parce que celles-ci sont inhalées ou entrent en contact avec la peau. Des procédures existent afin d’éviter qu’une telle situation ne se produise. 

2. Établir un protocole

Lorsque les pompiers doivent combattre un incendie, le risque de contamination par des particules est le deuxième danger aprèsle feu, car ces particules peuvent être inhalées ou entrer en contact avec la peau.

Très souvent, la première chose que les pompiers font lorsqu'ils quittent une urgence, c'est retirer leur ARI (appareil respiratoire isolant). Ensuite, ils enlèvent leurs gants inconfortables et ouvrent leur veste sans les gants. Ce faisant, ils exposent leur peau au contact avec des particules. S’ils se grattent, le risque augmente, car les particules pénètrent plus facilement dans le corps lorsque la peau est légèrement éraflée et fragilisée. Un autre danger est l'inhalation de particules. Après avoir réussi à maîtriser un incendie, les pompiers respirent très fort. S’ils retirent trop tôt leur appareil respiratoire, les chances qu'ils inhalent des particules de fumée sont élevées. 

C'est pourquoi il est essentiel d’instaurer un protocole adéquat lorsque les pompiers quittent le lieu de l’incendie. Ce protocole permet de s'assurer que les pompiers suivent une procédure précise après une urgence et d’éviter qu'ils n'enlèvent trop tôt leur appareil respiratoire ou leurs vêtements de protection. 

3. Respecter les protocoles de lavage

Dernier élément mais non des moindres : investissez dans un protocole de lavage approprié pour éviter la contamination ou la propagation des particules stockées dans les couches des tenues de feu. Un lavage « maison » régulier des vêtements peut entraîner la propagation de particules à travers les couches qui constituent la tenue anti-feu, au lieu de les éliminer – alors que l’objectif du lavage est l’inverse. Il existe quelques tactiques pour empêcher la contamination par les particules : 

  • La douche de décontamination: Ces douches sont utilisées par certains pompiers pour éviter la contamination par des particules. Tout d'abord, le pompier doit se doucher avec sa tenue et son ARI, afin de laver les particules qui se trouvent sur la couche extérieure de l’uniforme. Ensuite, il enlève sa tenue et reprend une douche sans son uniforme.
  • DWR (finissage déperlant longue durée): le principal intérêt pour les pompiers est d'avoir un finissage déperlant sur la couche extérieure qui résiste au plus grand nombre de lavages possible afin d'éviter une réimprégnation. Le traitement déperlant est efficace et bénéfique, car il assure une protection contre les projections accidentelles de liquides chimiques ou inflammables, tel que défini par la norme EN469. Cependant, le finissage déperlant ne protège pas les couches les plus internes de la tenue anti-feu. Si ce traitement déperlant est appliqué sur la barrière d’humidité imper-respirante, il impactera le niveau de respirabilité et la déperlance de cette barrière. Si le finissage déperlant est appliqué sur  la doublure, il va modifier cette couche qui normalement évacue l'humidité et rendre le vêtement humide, moite et collant lorsque le corps est confronté à des efforts intenses.
  • Autres méthodes de lavage alternatives: il existe des entreprises de blanchisserie qui proposent des méthodes de lavage alternatives, par exemple avec du dioxyde de carbone liquide. Ce programme de décontamination vise à éliminer la majorité des particules. Une autre méthode alternative consiste à utiliser de l'ozone ; l'ozone (O3) est un gaz hautement réactif composé de trois atomes d'oxygène. Toutefois, il faut encore procéder à des essais supplémentaires pour valider pleinement l'efficacité de ces méthodes.

Renforcer la culture sécurité des pompiers

Aucune donnée concluante ne prouve le lien de causalité entre les particules de fumée et le nombre de cancers plus élevé chez les pompiers. Mais dans une profession comme celle-là, même le plus petit risque de contamination par des particules doit être pris très au sérieux. Veillez à procéder à une analyse de risques pour vous familiariser avec l'environnement de travail. Définissez des protocoles clairs pour que les pompiers mettent et enlèvent correctement leurs vêtements de protection. Enfin, établissez des protocoles de lavage pour éviter que les particules ne se répandent dans le tissu. 

Si vous souhaitez obtenir des conseils pour effectuer une bonne analyse des risques ou pour choisir les vêtements de protection appropriés pour les pompiers, n'hésitez pas à contacter nos spécialistes. Ils vous aideront à renforcer votre culture sécurité, en veillant à minimiser autant que possible le danger de contamination par des particules.

TOPICS: Pompiers , Premiers secours