Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  

Speak with an expert

Have questions about our products? Get in touch with one of our industry experts.

Contact Us  
Normes - 5 min read

Tout savoir sur les finitions avec PFAS

Les substances perfluoroalkylées (communément appelées PFAS) sont souvent utilisées sur nos tissus de protection vendus dans toute l’Europe, en particulier dans les vêtements de protection nécessitant une protection contre les projections de produits chimiques (EN ISO 13034). En même temps, ces types de finitions sont également hydrofuges. C’est pourquoi elles sont souvent utilisées pour assurer les deux applications. La question est : l’utilisation des PFAS est-elle nécessaire ? En effet, les PFAS sont considérés comme potentiellement dangereux selon le règlement REACH, mais l’utilisation de ces substances pour la finition des textiles est toujours autorisée.

Avant d’examiner la nécessité d’une finition PFAS sur les vêtements de votre équipe, nous devons bien comprendre les motivations qui poussent à appliquer ce type de finition sur les vêtements. Plongeons-nous brièvement dans l’histoire de l’industrie des tissus de protection.

Retour sur l’évolution du secteur

Si l’on remonte plusieurs années, on constate que les fabricants de tissus ont eu de plus en plus tendance à ajouter des caractéristiques à leurs tissus de protection, afin de se distinguer de la concurrence et de protéger les utilisateurs contre plusieurs risques – ce que l’on appelle aujourd’hui la protection « multirisque » ou « multinorme ». L’émergence de cette tendance a commencé dans les années 1960, lorsque des fibres résistantes aux flammes et à la chaleur ont été créées pour la première fois.

En raison des avancées technologiques et industrielles, les opérateurs industriels sont plus que jamais confrontés à un nombre important de risques. Outre la protection contre la chaleur et les flammes, ils ont besoin d’une protection contre les arcs électriques, contre les projections de métal en fusion lors du soudage, d’une protection antistatique, d’une haute visibilité, d’une protection hydrofuge pour une utilisation en extérieur et d’une protection contre les projections de produits chimiques. C’est ainsi que la protection multinorme est née. Aujourd’hui, elle s’impose comme un standard. Certes, elle facilite la vie car elle permet à de nombreuses entreprises de choisir une solution universelle pour leurs vêtements de protection, même lorsque les employés ne sont exposés qu’à une partie de ces risques.

Repenser la nécessité d’une protection multinorme?

Mais toute cette protection est-elle vraiment nécessaire ? N’est-elle pas plutôt un obstacle qu’une aide ? La réponse n’est pas aussi tranchée que beaucoup d’entre nous le souhaiteraient: « En fait, ça dépend ».

Multi-norm

En effet, chaque secteur industriel ou type de travail requiert un niveau de protection différent en matière de vêtements de protection. Avoir un seul vêtement qui protège tous les employés contre plusieurs risques est une solution facile, mais c’est aussi une solution plus compliquée dans un sens, car vos employés n’ont tout simplement pas besoin d’être protégés contre tous ces risques. D’une part, la protection multinorme peut être la solution la plus rentable et la plus simple, mais elle est aussi moins confortable puisque les tissus doivent garantir une protection contre une multitude de risques. D’autre part, elle pourrait même ne pas assurer de protection suffisante: en assurant une protection générale, les vêtements multinormes pourraient ne pas convenir à des cas plus spécifiques comme la protection contre le métal en fusion.

Ainsi, lorsque l’on recherche la solution de protection la plus confortable et la plus efficace possible pour chaque poste de travail (ainsi que la plus rentable), les vêtements multinormes ne sont pas forcément le meilleur choix. En considérant les finitions avec PFAS en particulier, on peut se demander si les employés ont vraiment besoin d’une protection contre les projections de produits chimiques. Cette forme de protection est probablement nécessaire dans l’industrie chimique et dans certains autres secteurs où les opérateurs peuvent être exposés à des produits chimiques, mais dans de nombreux cas, le risque n’existe pas. Alors pourquoi devoir appliquer une finition avec PFAS, qui doit d’autant plus être entretenue par la blanchisserie industrielle chaque fois que le vêtement est lavé ?

Finition avec PFAS et solution hydrofuge: quel lien entre les deux ?

Une protection contre les projections de produits chimiques va toujours de pair avec une protection hydrofuge. C’est justement cette combinaison des deux qui nécessite des PFAS qui garantissent une performance et une protection adéquates. Par ailleurs, il n’est tout simplement pas encore possible d’assurer une résistance suffisante aux produits chimiques sans utiliser de PFAS. Lorsque la protection contre les projections de produits chimiques n’est pas nécessaire, vous n’avez pas besoin de PFAS. C’est aussi simple que cela. Pour les tissus hydrofuges, plusieurs solutions existent: soit l’application d’une finition (avec ou sans PFAS), soit le laminage des tissus qui rend les vêtements totalement imperméables. Le choix d’options est donc assez varié, mais la première étape consiste à déterminer le type de protection dont vous avez besoin pour le travail que vous effectuez.

Que dit l’ue au sujet des PFAS?

REACH, le règlement européen appliqué aux substances chimiques, reprend les PFAS sur sa Liste des restrictions pour 2021. Toutefois, l’industrie textile est exemptée de cette obligation, car les PFAS sont toujours nécessaires en tant que substances utilisées sur les tissus pour la protection contre les projections de produits chimiques, conformément à la norme EN ISO 13034. Pour résumer, l’Union européenne autorise l’utilisation des PFAS sur les tissus de protection (voir point 3.b des Exigences et Exemptions).

Que dit la législation américaine au sujet des PFAS?

La protection contre les projections de produits chimiques n’est pas obligatoire aux États-Unis pour les équipements de protection des pompiers. Les pompiers américains n’ont besoin, au minimum, que de vêtements hydrofuges. C’est pourquoi nos collègues américains chez TenCate Protective Fabrics ont développé une finition FreeFAS™ spéciale pour les équipements de premiers secours et pour répondre à la demande croissante des vêtements de protection sans PFAS. Ces vêtements durables sont de plus en plus tendance dans l’industrie, car ils ne contiennent pas de PFAS mais sont tout de même hydrofuges.

Quels sont les problèmes de santé liés aux PFAS?

Les PFAS sont connus pour être très envahissants et néfastes pour notre environnement, plus que toute autre substance fabriquée par l’Homme. On les surnomme les « produits chimiques éternels », car ils ne se dégradent pas. Même si nous arrêtions de produire toute trace de PFAS demain, ces substances resteraient dans notre environnement pour les générations à venir.

Dans l’industrie textile, nous avons adopté des normes pour garantir que les personnes portant des vêtements de protection ne soient pas exposées aux produits chimiques. La principale norme à cet effet pour les tissus de protection est OEKO-TEX 100. Tous les tissus de protection utilisés en Europe sont certifiés OEKO-TEX 100. À ce titre, ils ne dépasseront pas les valeurs limites fixées pour les PFAS dans les finitions. Si vous souhaitez en savoir plus sur la toxicité des PFAS, n’hésitez pas à lire cet article publié par l’Agence européenne des produits chimiques (REACH).

Évaluez votre niveau de protection

En fin de compte, chez TenCate Protective Fabrics, nous voulons nous assurer que vous disposez non seulement du meilleur niveau de protection pour votre équipe, mais aussi du niveau qui correspond le plus aux risques encourus.

Notre conseil: restez critique dans le choix de vos vêtements et comprenez les risques et leur répercussion sur votre équipe. Tout commence par une analyse de risques. Par la suite, vous pourrez voir quelle solution correspond le mieux à vos besoins.

Découvrez comment mener une bonne analyse de risques en 7 étapes simples, ou mieux: téléchargez notre NOUVEAU guide Proclaud® à ce sujet. Vous souhaitez en parler directement avec nous ? Nos experts se feront un plaisir de conduire un audit de risques adéquat.

TOPICS: Normes , Environnement , Ça se passe chez nous